Menu

Previous entry Next entry

Fran’s Travel Diary

Sunday, 11 May 2003

Location: Trisshur - Kerala, India

MapHas been a while, a long while actually, ....

Me voici de nouveau sur les ondes pour une histoire qui merite fort d'etre contee.

Peu de temps apres le dernier message, je decide de descendre avec la moto sur le Sud de Goa, a Palolem, une des plus belles plages de l'etat. Juste de quoi se baigner et prendre une douche dans le sac, puisque tu ne portes que des sarongs, torse nu, c'est pratique, ca veut dire pas de lessives!

J'arrive donc sur place apres 4 heures de route, et loue une paillotte en bambou sur pilotis, la derniere encore inoccuppee.
Me voila alors immerge dans une atmosphere de fete perpetuelle, et ce, des la premiere soiree. Un groupe de 20 personnes m'accueillent a bras ouvert, ayant elu domicile ici depuis un mois pour la plupart. Pas la peine de mentionner que toutes les nationalites sont representees, et que la fete commence. Ca me change bien d'Arambol, ou la plage etait devenue deserte. Un peu d'animation, ca ne fait pas de mal!


Le programme de la semaine s'est donc resume a une vie plutot nocturne, la chaleur y etant pour beaucoup.
Bains et repos la journee dans les hamacs, ou viree a 20 en deux roues sur les sites avoisinants tels que vieux forts, plages absolument desertes, visite des Eglises portugaises, ... Je peux vous dire que 10 motos qui bougent ensemble, ca ressemble a une horde redoutable qui cree l'etonnement chez les locaux!
Le soir, c'est barbecue sur la plage, biere et musique, rencontres et dicussions a n'en plus finir, en gros que du bonheur massif!

Ces quelques jours sont passes a une vitesse epoustouflante, et certains d'entre nous doivent rentrer a la maison. Des departs pas toujours evident mais la liste d'emails s'allongent et les invitations chez les uns les autres ne fait que brouiller les pistes quant au choix des destinations a venir!


Bref, je recois une partie des papiers de la moto, et decide donc de bouger vers le sud, direction Thrisshur. Cette ville est le centre culturel du Kerala, au Sud de Mangalore et au Nord de Kochi (Cochin). C'est la qu'a lieu Pooram festival, le festival des Elephants, depuis pres de 400 ans dans la plus pure tradition indienne, du moins c'est ce qu'ils en disent, vous verrez par la suite que les traditions evoluent avec le temps.
Viree rapide sur Arambol pour recuperer mes sacs, je charge les portes bagages, et en route. Au programme, 650 Km de ride, ca promet!
Je roule une dizaine d'heures sur la premiere journee. La route est magnifique, limite neuve et le paysage est incroyable. Cette route a beau etre la nationale, elle offre une vegetation chatoyante qui te fait arreter sans cesse pour discuter et prendre des photos. Les locaux que tu doubles dans les bus et les voitures ne cessent de t'applaudir, de te saluer, ou encore de se mettre a ta hauteur pour discuter un brin, puis tu finis par t'arreter pour boire un coup avec eux. Certains ont quand meme tendance a te regarder comme un je ne sais quoi venu d'ailleurs, mais qui ne ressemble en rien a un humain.
Certains inconvenients se greffent au trajet, tels la concentration, qui se veut triplee, car la conduite indienne vaut le detour. Les animaux sont premiers prioritaires, puis les bus et trucks, les voitures, les motos, et enfin les pietons. Ca laisse pas beaucoup de place sur la route, mais si tu pilotes a l'indienne, il ne t'arrivera rien, foi de gueux!

La lumiere du jour s'efface, et je decide de m'arreter a Bekal Fort, ancienne ville fortifiee, a 50km au sud de Mangalore. J'ai donc couvert 400 km, pas mal coco! L'hotel que je trouve est un truc miteux, mais fourni tout ce dont j'ai besoin, c'est a dire une douche et un plumar pour un peu de repos. La route, ca creve. Je jette alors un oeil a mon visage, et tout ce que je vois, c'est une face noire, couverte de pollution et d'insectes en tous genres, et ca m'a fait franchement trop rire. Je comprends pourquoi les locaux me demandaient si ca allait bien!


Une bonne nuit de sommeil, et reveil aux aurores par le chant du coq a 7am. Pas moyen de trainer par ici, je charge et c'est reparti. Juste 250km aujourd'hui, ca devrait pas etre bien complique. Tu crois pas si bien dire! La route s'est transformee en vaste gruyere, et mon dos s'en souvient encore. Des travaux partout, de la poussiere, encore plus de pollution, un jeu d'enfant! La temperature est de la partie, ca chauffe, et c'est presque insuportable, mais on fait avec, le principale, c'est de rester concentre, et de s'arreter souvent, car la fatigue me gagne un peu avec ce trafic de malade. Mr Fruzetta me demandait a quand la mention complementaire "Jedi", je dois reconnaitre etre en training pour une session "Kamikaze"!

Apres quelques heures de dure labeur, me voici a bon port, ou la foule est deja sur place. Pas facile de trouver une chambre, mais apres une heure de lutte, je mets la main sur un truc qui ressemble de pret a une cellule de zonzon, ca fera bien l'affaire. Je suis deux fois plus noir qu'hier, et mes fringues sont bonnes a jeter. La soiree a ete breve, mais riche en emotions, avec un feu d'artifices massif pour le lancement du festival, et des detonnations a t'en faire soulever les tripes. Ce qui m'a fait un peu flipper je dois dire, c'est cette foule intense, dans une temperature qui avoisine les 40 degres a 10pm, et tout le monde se pousse, deja a moitie bourre. Pour infos, les indiens ne tiennent pas l'alcool, et boivent comme des trous, pas de dessin sur le resultat!

Bonne nuit de sommeil, et au lendemain, le festival commence. Une belle journee qui s'annonce, mais la chaleur de fait tourner zombie, quasi incapable de te mouvoir normalement, a l'indienne quoi! Des elephants partout, du monde a ne plus savoir qu'en faire et des parades de tous cotes. Point negatif, l'alcool. Il semblerait que les bourres de la veille ont omis de dormir quelques heures, et avec le soleil, y sont beaux les asticots! Ca te mets pas en confiance, mais tu fais avec.
Je dois retrouver une chambre, puisque celle de la veille est bookee pour le week end, et mission accomplie en 2 heures, belle perf. D'ailleurs c'est pas un mal de changer parce que j'ai eu droit a une fuite d'eau en pleine nuit, venue du plafond, qui a trempe mes sacs et mes papiers. C'est ce que j'appelle le beurre dans les epinards!

La soiree ne sera pas tardive pour moi, je suis deja mort a 10pm, et au dodo. Il fait tellement chaud que la peau me brule alors que je suis immobile sur le lit, ce ne sont pas des nuits a recuperer, et tu te reveilles des que tu bouges.
Reveil matinal, et je decide de quitter cet endroit de fous, pour retourner a Goa. J'estime en avoir assez vecu pour rebrousser chemin, d'autant que les signes de mousson apparaissent promptement. Je charge et let's go.
Chemin faisant, et accable par la chaleur, meme avec la vitesse, je remonte jusqu'a Calicut, ou decide de prendre le train et d'y mettre aussi la moto, pour Margao, "capitale" de Goa. Je ne peux continuer dans ses conditions, et ce qui me connaissent savent que je suis pourtant mordu de moto, mais la c'est vraiment trop dangereux.
J'arrive a la train station, et rempli leur bloody formulaire de registrement. Une des mentions apparait sur la feuille (genre de PQ recycle a l'indienne), qui m'oblige a vider le reservoir totalement pour le chargement du vehicule. La blague, c'est qu'il me reste la bagatelle de 12 litres dans le tank, et pas de bidon. Je reflechis vite fait, tres vite fait et j'annonce haut et fort aux gars qui bossent dans le service :
" Le petrol est free pour ceux qui m'ammenent une bouteille vide"
Comme des mouches, j'en ai 15 qui se poussent devant la moto, et le probleme est regle en 10mn. A 1,5Frs du litre, je perds pas grand chose, et de toute facon j'ai pas le choix!

J'achete un billet pour Margao, mais Open puisqu'il n'y a plus de place en reservation. Ca sent encore un stage d'analyse sensorielle a cote des chiottes, et ca manque pas, c'est la qu'il y a de la place! Je fais donc mon petit sejour a cet endroit que j'affectionne particulierement, et deux heures plus tard, un des train officer m'emmene en 1ere classe AC, la classe, d'autant que je ne paye pas de supplement.


Une bonne nuit de sommeil ,mais courte puique nous arrivons a Margao a 4AM. Descendu du train, je prie alors pour que la moto ait ete embarquee dans le meme train. Prieres entendues, je la vois arriver, mais dans un piteux etat. Anyway, pour 18 Frs de transport, tu peux pas en demander de trop! Je signe le recu, et charge mes sacs.
La, ca devient interessant. J'ai la cle du locker, la cle de l'arrivee d'essence, mais pas la cle de la moto. Cinq minutes me suffisent pour me rendre a l'evidence que je l'ai bel et bien perdue. Croyez moi ou non, mais ma connerie m'a vraiment fait marrer. Je l'emmene au parking, et ayant suivi des cours de trucs pas tres catholiques il y a quelques annees, je trouve enfin apres une demie heure de lutte dans le noir, le domino a debrancher pour la demarrer sans cle.
Le detail oublie, c'est que j'ai aussi besoin de cette cle pour ouvrir le reservoir (toujours vide si vous avez suivi l'histoire!). Une autre demie heure me suffit pour faire sauter le bouchon avec un tourne-vis.
Speciale dedicace aux MacGyver en herbe, qui lui aurait trouve la solution sans tout arracher.
Je trouve donc 2 bouteilles vides et me fait conduire a la petrol station, puis de retour a la gare, et ca demarre! Trop fort, et trop marrant. Je suis encore dans le gaz, il est 5AM, et je trace direction Palolem, pour y retrouver les joyeux lurons, qui sont encore eveilles pour certains.

Autant dire que la journee d'aujourd'hui est dediee au repos, et ca fait du bien! Une petite brise qui me berce dans le hamac, et des salades de fruits a te faire egorger ton voisin de table pour avoir la meme, composee de:
ananas, mangue, raisins, papaye, noix de coco fraichement rapee, banane, noix de cajou, miel, raisins secs, watermelon, et j'en passe...

Pour les plans a venir, plusieurs choix. Me diriger vers les Iles Andaman, paradis terrestre, encore un vous me direz, a trois jours de bateau de Chennai (Madras), mais c'est le retour qui a l'air d'etre plus dur, ou remonter vers le nord avec un Nepalais qui bosse dans notre restau QG, apres les avoir aide a demonter les paillottes pour la mousson. Affaire a suivre, mais je ne resterai certainement pas sous la flotte, la mousson ici, c'est pas nos pluies rigolottes francaises!
Le plan certain, c'est que je vais trouver du boulot sur Bangkok a mon arrivee, car les finances ne sont pas intarrissables, et ce n'est que le debut du voyage!

Voila pour les dernieres news, je tente de suivre les vies de chacun par mail, mais les connections sont rares, et on cours apres le temps par chez nous (je sais j'abuse). Ne m'en veuillez pas j'essaie d'avoir du temps pour chacun!
Profitez en bien, gros bisous a tous et bon courage, comme d'hab, gaffe au surmenage et a tres bientot dans le bac a sable terrestre les loulous. L'invitation a me rejoindre est toujours d'actualite

Je pense bien fort a vous

Fran