Menu

Previous entry

Fran’s Travel Diary

Sunday, 27 Oct 2019

Location: Lapu Lapu - Cebu and around, Philippines

MapQuatrième tranche de vie : Maintenant qu'on a fini l'apéro, il est temps de passer à table!

A relire les 3 tranches précédentes, l'analyse nous pousse à voir l'expérience avec beaucoup de recul. L'apéro est terminé, il nous a permis de prendre conscience que notre rythme occidental, avec lequel nous avons débarqué ici, ne pouvait en aucun cas répondre aux besoins et au style de vie local. Ces épisodes successifs nous ont rappelé que c'est bien à nous d'adapter nos habitudes et notre approche du volontariat en étant à l'écoute profonde des besoins de chacun et de la structure.
Cette petite semaine passée à l'hôpital a été un passage obligé pour comprendre que la santé et l'attention portée à ceux qui nous entourent de près sont les piliers d'une expérience familiale aboutie.

Depuis ces trois dernières semaines, nous sommes donc passé à table : Profitons de la mission, mais aussi de la vie aux Phillipines! C'est le mot d'ordre!

Côté Mission AirBnB, l'évolution suit son cours et prend de l'ampleur. J'ai recruté un entrepreuneur génial, au look totalement décalé, mais en qui j'ai pleinement confiance. Les travaux des 3 chambres commencent Lundi matin. C'est parti!
Nous poursuivons la rénovation et la construction en extérieur avec l'équipe. Enduis, peinture, ciment, mortier, et tout le reste sont notre quotidien 3 jours par semaine. Les 2 jours qui restent sont dévoués au training d'anglais, au développement personnel, et à la pratique informatique au centre et à l'Université San Carlos le vendredi matin, la plus réputée de Cebu.

Ce partenariat a été mis en place il y a deux ans. J'ai rencontré le Directeur des collaborations externes à l'Université il y a 2 semaines.
Leurs multiples axes de formation m'a mis la puce à l'oreille, amenant la discussion à la rencontre du directeur du pôle restauration. Pour le moment, rien que des mots, mais l'objectif serait d'amener une collaboration pour pouvoir dispenser des cours de cuisine à mes jeunes dans leurs locaux professionnels, et donner des cours de patisserie française à leurs étudiants. Par ailleurs, la formation qu'ils suivent en informatique le vendredi matin peut maintenant déboucher sur une certification nationale reconnue, qui serait pour mes jeunes une porte de sortie incroyable vers l'employabilité! Affaire à suivre!

En attendant, j'ai placé les jeunes face à un exercice peu évident mais très formateur. Organisation de deux journées crash-test : Le matin, on prend des flyers, son courage à deux mains, et on file dans des bidonvilles totalement excentrés de notre quartier, afin d'aller faire du recrutement. Mon équipe, totalement flippée à l'idée d"aller mettre les pieds là-bas, n'a pas eu d'autre choix que de dépasser ses apprioris et poser un sourire sur les visages. Cet exercice a tourné au team-building : après un heure passée avec eux, j'ai pris le large sans rien dire à personne. Résultat : un équipe qui se construit, forte, soudée et solidaire. L'après midi, on change de registre et on file dans les resorts 4 étoiles pour déposer des CV et chercher des stages. Ca paye, 4 resorts nous ont ouvert les portes, et certains stages peuvent potentiellement déboucher sur des emplois.... Y a plus qu'à se donner les moyens, c'est géant!!!

Coté TDC à la prison, le développement de l'activité est ralenti et plus compliqué. En effet, l'entrepreneur ayant réalisé les travaux n'a pas été tout à fait au bout du contrat, et les quelques détails manquants influent sur la sécurité du bâtiment. De fait, Gwen exploite partiellement les locaux et doit se battre avec l'entrepreneur qui fait le mort.
Autre difficulté, ce nouveau bâtiment a été construit au coeur même de la prison. Par conséquent, la sécurité y est renforcée, et l'introduction d'outillage lié à des activités manuelles est très compliqué.
Gwen doit donc axer pour le moment toute sa pédagogie de coaching sur de la théorie. C'est un challenge quand on sait que les jeunes ont une faculté de 25mn maximum pour rester concentré sur une chaise.
La grande majorité des jeunes du programme ont de vrais talents artistiques en tous genres, arts, danse, musique, travaux minutieux, et nous sommes en pleine réflexion pour faire évoluer le programme et développer des pistes d'activités, en parallèle de la théorie.

Il faut être patient, inventif et consciliant, avec pour ligne de mire de créer des solutions pérennes dans le temps, et pas seulement un truc ficelé à court terme. Après analyse de la situation et recherche de pistes, Gwen cherche donc des partenaires extérieurs profesionnels, parlant Visayan, la langue locale, pour venir dispenser des cours aux détenus de la prison.
Bref, un vrai challenge très compliqué au demeurant car la prison ici fait complètement flipper la population locale. Gwen ne lâche rien, s'accroche et fait de son mieux pour s'adapter à chaque jour. Un sable mouvant peu confortable mais qu'elle gère avec une admiration personnelle sans limites!

Les enfants, quant à eux, ont passé le cap des diffcultés premières liées à l'inclusion. Ils ont maintenant leurs uniformes, leur rythme et leurs habitudes. Gisèle, n'ayant cours que l'après-midi, vit sa vie le matin et prend son temps. Gaston et Anouk rentrent déjeuner tous les jours, et se sont fait des copains. L'anglais n'est plus un problème en cours, et devient courant jour après jour. Cela nous permet de respirer et de profiter davantage des activités annexes.

Pour la permière fois de notre vie, nous sommes "membres" d'un resort. C'est pour nous une autre bouffée d'oxygène quant le besoin s'en fait sentir, pour aller plonger dans une piscine et se ressourcer loin du bruit et des bidonvilles. Un cadre priviligié dont nous avons conscience, et qui nous rappelle sans cesse la chance que nous avons.
Escapade chez David et Lynn le week end dernier, pour un peu d'air frais dans la jungle, à déguster une tarte citron meringuée, un gratin dauphinois et une bonne pièce de porc au caramel sur la braise.
Sortie à Olango, une petite île non loin de chez nous, pour aller se balader dans les mangroves et contempler les oiseaux.
Bref, nous profitons pleinement de la vie. Le 1er Novembre est aussi un jour ferié ici. Nous partons sur Malapascua Island, au nord de Cebu pour aller contempler les récifs coraliens et les poissons multicolores en famille et avec "tata Léa" comme les enfants l'appellent, une autre volontaire qui fait partie maintenant de la famille et qui bosse à Manille.
Quelques photos sont téléchargées pour illuster ces quelques mots. Profitez bien de l'automne et à très bientôt...

Pensée du jour : Ce sont les récits de Gaston :

Dans la vie,on a tous de la chance mais des fois, on en a plus que ce qu'on le pense, par exemple: moi même ,j'étais super content d'aller aux Philipines et depuis que j'ai commencé l'ecole, je trouve les journées très longues mais ça c'est amélioré.

Peut-être que on va aller sur une autre île pour Noël.

Aux Philipines, il y a des gens qui ne peuvent pas faire ça par exemple: ils prennent 2 planches de bois et leur maison est construite.

La maison où l'on habite est un peu mieux faite.

On sera 1 an dans cette maison et après on va peut-être aller dans un autre pays ????????

Aujourd'hui nous sommes le 26 octobre et on est en week-end, ce soir c'est pop-corn devant un film, ca va etre mortel !!!!!!

Moi j'aimerais bien regarder un film qui fait peur mais les filles vont flipper

Aujourd'hui c'est Blue Water, mais maman ne sera pas la parce qu'elle a un rendez-vous pour une interview à la radio.

Je sais pas si on va rester longtemps, moi j'aimerais bien mais il n'y a pas de limite de temps pour plonger dans la piscine donc ça va.

Maintenant c'est fini!!!!!!!!!!!!!!!